Danemark une vie de nomades

—-Message d’origine—-
De : myrepond@bluewin.ch
Date : 29/06/2019 – 12:39 (E)
À : Webinfoaudela@proconsulte.ch
Objet : Danemark – vie de nomades

VIE DE NOMADES, notre choix, de «rats des villes » jusqu’ici, se justifie pour différentes raisons, logistiques entre autres et pour des contraintes de timing pour arriver en Islande. Notre expérience 2003 nous a démontré, qu’au mois de juin, les pistes les plus reculées traversant le pays restent infranchissables car encore trop enneigées ; ce que nous espérons contrer cet été. Ceci dit, nous avons apprécié notre vadrouille de port en port, de ville en ville d’Europe du Nord, en prologue à notre virée islandaise, ce qui nous a permis de découvrir des pays voisins que nous ne connaissions pas encore Cependant, ce type de voyage « touristique » n’est pas adapté, ni idéal, avec notre véhicule, qui n’a que très peu utilisé ses atouts off road et ses équipements de vie en autonomie. Par ailleurs, la style de vie, contraints d’hébergements dans des campings, ne répond pas à notre philosophie et esprit d’échappées journalières à l’aventure et au gré du terrain.

Fort heureusement, dès l’entrée au Danemark, l’air du large nous redonne des ailes en dénichant des espaces vierges et coins isolés pour des soirées champêtres dans le Jylland. Vaste péninsule, entourée par la mer du Nord, où l’infini des landes et des dunes ondule sous les vents d’ouest, façonnant un paysage sauvage. Plus on s’approche du Nord, villages et villes s’espacent, alors que les forêts de hauts sapins se font de plus en plus présentes. Nous traversons sur des km les « plantages », véritables pépinières d’épicéas ; des milliers de jeunes pousses alignées à perte de vue, et dévolues à nos traditionnels sapins de Noël ! Les magnifiques villes de Ribe et Viborg nous invitent dans leurs rues piétonnes animées et fleuries, bordées de maisons médiévales, petits canaux et monuments soigneusement restaurés.

Et comme pour annoncer un nouvel épisode à notre récit 2019, les nuits s’effacent au loin, laissant la clarté régner en maître pour des jours sans fin. Nous partageons l’euphorie des centaines d’équipages attendant le ferry à Hirshals (800 véhicules à bord du Noronna), et rêvons déjà aux pistes dans les Highlands islandais et à leurs légendes.